Les principales nouveautés fiscales prévues dans le projet de loi de finances 2018

L’immatriculation au RCS des sociétés étrangères disposant d’une représentation permanente en France
12 septembre 2017
Qui endosse la responsabilité en cas d’infraction au Code de la route commise avec un véhicule de société ?
8 septembre 2018

Les principales nouveautés fiscales prévues dans le projet de loi de finances 2018

1 – Baisse dégressive du taux de l’IS

Première mesure qui intéresse les sociétés relevant de l’impôt sur les sociétés (IS), la baisse de celui-ci de façon dégressive prendrait effet à partir de 2018 jusqu’en 2022

Pour la fraction des bénéfices taxables inférieure à 500.000 €, le taux de l’IS serait ramené à 28% en 2018, 2019 et 2020, puis à nouveau abaissé à 26,5% en 2021 et à 25% en 2022.

Pour la fraction des bénéfices taxables supérieure à 500.000 €, le taux de l’IS serait inchangé à 33,33% en 2018, ramené à 31% en 2019, à 28% en 2020, puis à 26,5% en 2021 et à 25% en 2022.

Le taux réduit de 15% applicable sur la fraction des bénéfices inférieure à 38.500 € serait maintenue pour les sociétés dont le chiffre d’affaires sur 12 mois est inférieur à 7.630.000 €.

2 – Prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital

Un prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% (prélèvements sociaux inclus), serait désormais appliqué aux revenus mobiliers c’est-à-dire, notamment, aux dividendes, intérêts et plus-values de cession.

Les redevables qui y trouvent un intérêt pourraient cependant opter pour le maintien de l’imposition au barème progressif et leur soumission au régime antérieur.

Le PFU ne s’appliquerait pas aux produits des livrets A ni aux sommes inscrites au sein d’un PEA.

Il en serait de même des revenus issus des versements opérés sur les contrats d’assurance-vie avant l’entrée en vigueur de la réforme. Pour les versements postérieurs, le PFU s’appliquerait pour les revenus produits par la fraction des encours supérieurs à 150.000 € pour une personne seule, ou 300.000 € pour un couple.

3 – L’ISF ne concernerait plus que les biens immobiliers à partir du 1er janvier 2018

L’ISF serait supprimé pour y voir substitué un impôt sur la fortune immobilière applicable aux personnes disposant d’un patrimoine immobilier net supérieur à 1.300.000 €.

Le barème de taxation serait inchangé par rapport à celui applicable à l’ISF et l’abattement de 30% continuerait de bénéficier aux résidences principales. Les biens immobiliers affectés à l’exploitation du patrimoine professionnel du redevable continueraient également d’être exonérés.

La réduction d’impôt de 75% sur les dons serait maintenue, mais celle dont bénéficiaient jusqu’alors les investissements en faveur des PME serait supprimée.

Enfin, ce nouvel impôt sur la fortune immobilière ferait, ajouté à l’impôt sur le revenu, l’objet d’un plafonnement à 75% des revenus du redevable, comme c’était déjà le cas pour l’ISF.

4 – Le CICE serait transformé en baisse de cotisations patronales

Avant d’être définitivement supprimé en 2019, le taux du CICE ferait l’objet d’une réduction de 7% à 6% au titre des salaires versés en 2018.

Le CICE serait alors remplacé par un allègement de 6% des cotisations patronales sur les salaires inférieurs à 2,5 le SMIC et un allègement complémentaire de 4,1% au niveau du SMIC, dégressif jusqu’à 1,6 le SMIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *